CONSEIL MUNICIPAL DU 11 AVRIL 2008 (SUITE)

Nous avons reçu notre invitation au prochain Conseil Municipal qui se tiendra vendredi 11 avril à 20h30 salle du Conseil. Cette réunion étant publique, nous vous invitons à y venir nombreux pour découvrir par vous-même cette honorable assemblée, ses débats ouverts et constructifs, son ambiance inimitable… Après l’ordre du jour (précédent article) voici les questions que nous y ajoutons.

1°) Motion du Conseil Municipal de Rilhac-Rancon : 

Solidarité avec le peuple tibétain. 

Le Conseil Municipal de Rilhac-Rancon exprime ses plus vives inquiétudes vis-à-vis de la situation actuelle au Tibet. Il souhaite que celle-ci permette d’aborder enfin de façon franche le désarroi dans lequel se trouve le peuple tibétain depuis 1949, date de la première invasion du Tibet par l’armée chinoise. Depuis ce temps, les Tibétains ont subi toutes sortes d’exactions, jusqu’à subir au total un génocide de plus d’un million de personnes sur une population de 5 millions d’habitants. 

Au moment où la Chine – à la veille des JO de Pékin – a fait le pari insensé de cacher la réalité du Tibet (une situation de simple colonisation et d’oppression), les chars du régime chinois y sont déployés, et les militaires et les policiers tirent à balles réelles sur des moines et des manifestants non-violents. 

Le Gouvernement français et les autorités européennes doivent exiger la fin immédiate des massacres, la libération des prisonniers sous contrôle 

Le Gouvernement français et les autorités européennes doivent militer énergiquement pour l’instauration d’un dialogue réel sur l’autonomie tibétaine avec le Dalaï-Lama et le gouvernement tibétain en exil, afin de faire comprendre au régime chinois qu’il est dans son intérêt de satisfaire les revendications modestes du peuple tibétain. 

La révolte gronde, à tous les coins de la Chine : Xinkiang et pays Ouïghour, Mandchourie, Hong-Kong, Taiwan, démocrates chinois, chômeurs des périphéries de villes… Agir en faveur du Tibet est un moyen d’apaiser les tensions internes ! 

C’est en ce sens que doivent aussi agir les collectivités territoriales françaises et européennes, afin de donner l’exemple. Voilà pourquoi, en signe d’émotion et de soutien, le drapeau tibétain doit flotter sur les édifices publics français, comme c’est le cas dans beaucoup de villes, de Calais à Gap, en passant par Saint-Brieuc et Montluçon. 

Soyons une petite goutte dans ce fleuve et aidons à renverser l’injustice et l’indifférence. 

Nous appelons enfin tous les Rilhacois(es) et les limousin(e)s à signer les différentes pétitions d’appel à la solidarité portées par les associations en faveur du peuple tibétain. 

2°) En juillet 2007 avait été instaurée une commission « aménagement du centre-bourg » ? Sera-t-elle reformée ? Que sont devenus les travaux de cette commission ? Que deviennent les premières études pour lesquelles des honoraires ont été provisionnées en 2007 ? De telles études pourraient-elles être confiées à l’avenir au CAUE (Conseils en Architecture, Urbanisme et Environnement) qui est gratuit ? 

3°) Nous avons constaté que lors des votes à bulletins secrets au sein du Conseil Municipal, le secret ne pouvait être garanti pour des raisons d’exiguïté de la salle. Des solutions doivent être trouvées pour que chaque conseiller qui le désire puisse remplir à sa guise et en toute discrétion son ou ses bulletins dans le cadre d’un tel scrutin. 

4°) Lors du précédent Conseil Municipal, nous avons élu à la commission « finances » six membres, dont Roland Izard. Or, celui-ci, en sa qualité de Maire est président de droit de toutes les commissions. Sa candidature n’était donc pas nécessaire ni même valable et s’est faite au détriment d’un autre conseiller. Il manque donc un membre à cette commission. Il convient de pallier cette absence au plus vite en élisant le sixième membre, non encore désigné à ce jour, de la commission « finances ». 

5°) Il a été évoqué lors de la première réunion de la commission « communication » la possibilité d’organiser une rencontre entre les nouveaux élus et le personnel communal. Des modalités sont-elles prévues pour cette indispensable prise de contact ? 

6°) En application de l’article L2121-27 du Code Général des Collectivités Territoriales, les Conseillers Municipaux de l’opposition peuvent bénéficier du prêt d’un local. Nous vous demandons donc le bénéfice de ce local dans des délais raisonnables. 

7°) L’ensemble des différents représentants et délégués du Conseil Municipal de Rilhac-Rancon semblent avoir été élus à ce jour (à l’issue du CM du 11/04/2008). Est-il prévu d’avoir un délégué à la CLIS de l’incinérateur de Beaubreuil, comme le permettent les dispositions législatives et réglementaires ? 

8°) Nous nous permettons de vous faire remarquer que des commissions qui se réunissent à 17h30 en semaine sont une gêne considérable pour les membres de ces groupes. Pour preuve, nous n’étions que trois à la commission « personnel communal » mardi 1er avril, Didier Tescher remplaçant Frédéric Valbin au tout dernier moment. Les horaires pourraient-ils être plus adaptés pour des gens qui travaillent ou sont chargés de famille ? 



3 commentaires

  1. Pascal 10 avril

    BRAVO pour la motion du Tibet !

    Les grands esprits se rencontrent: aucun doute, elle sera acceptée à l’unanimité (comme à Limoges) !
    Et pour l’action un drapeau pour le Tibet ?

    Répondre

  2. avenirrilhacrancon 10 avril

    Le drapeau fait partie de la motion. Reste à savoir si elle sera acceptée dans son ensemble…
    Didier

    Répondre

  3. Isa 10 avril

    Voici un texte que j’aime beaucoup, écrit par le XIVème Dalaï lama, depuis son exil en Inde :

    « Le parcours que j’effectue avec les tibétains nous entraîne à lutter pour nos droits. Certains peuvent penser que cette lutte est uniquement politique. Il n’en est rien. Nous, les tibétains, nous sommes les héritiers d’une culture qui nous est propre, à l’instar des chinois qui ont hérité de la culture de leurs aïeux. Nous respectons la culture chinoise qui remonte à tant de siècles en arrière. Toutefois, bien que nous éprouvions un profond respect pour les chinois, bien que notre lutte ne soit pas dirigée contre eux, les six millions de tibétains que nous sommes avons également le droit de maintenir vivante notre propre culture, aussi longtemps qu’elle ne blessera pas les autres. Sur le plan matériel, nous avons pris du retard. Mais dans le domaine des sciences de l’esprit et dans le domaine de la pensée, nous sommes riches. Nous, les tibétains, nous sommes bouddhistes et nous pratiquons le bouddhisme dans son intégralité. Aussi avons-nous le devoir de lui conserver sa forme active et vivante. Au siècle dernier, nous étions une nation paisible, animée par une seule culture. Aujourd’hui, et nous le déplorons, notre pays, notre culture, sont écrasés depuis ces dernières décennies. C’est au nom de l’amour que nous portons à notre culture, à notre pays, que nous revendiquons le droit de les préserver.
    […] Si nous souhaitons apporter notre contribution aux hommes de cette planète, il nous faut préserver notre culture et notre nation. C’est la raison pour laquelle je poursuis mon chemin. »

    Répondre

Laisser un commentaire

Michel TAMISIER - SAINT-YRI... |
ENSEMBLE POUR SAINT-BONNET-... |
courrierapolitique |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | fndouai2008
| christinescellemaury
| Construire avec vous le du ...