DEMOCRATIE : POURQUOI NOS DOUTES ?

J’ai à plusieurs reprises fait part de mes plus grands doutes quant à la capacité de la liste concurrente à mettre en place une véritable démocratie participative à Rilhac-Rancon. Sans argument, ce genre d’affirmation est à mes yeux sans valeur. Voici donc pourquoi je ne leur fais pas confiance dans ce domaine.

Leur attitude passé au sein du conseil municipal ne nous rend pas enclin à les croire prêts à partager le pouvoir avec les Rilhacois. En effet, quand on voit avec quelle légèreté ils ont traité le problème de Grossereix et n’ont pas jugé utile d’informer la population, quand on voit à quel point les commissions municipales fonctionnent en circuit fermé (en tant que représentant des parents d’élèves, je n’ai par exemple jamais été invité à la commission scolaire), quand on a pu constater les effets de l’absence de concertation lors de la construction de la salle des fêtes (création d’une association de riverains opposés au projet, procédure judiciaire, retard du chantier, augmentation du coût final de l’ouvrage), on est en droit de douter que les mêmes personnes aujourd’hui vont mettre en oeuvre des méthodes politiques qu’ils n’ont pas appliquées dans le passé.

Mais admettons qu’ils aient pu changer. Dans ce cas, cette métamorphose aurait dû se répercuter sur la façon dont ils ont mené cette élection. Il n’en a rien été. Par exemple, pour la désignation de la tête de liste, Roland Izard, les adhérents socialistes de la commune ont eu le choix entre… Roland Izard. Pire, ceux qui auraient pu avoir l’outrecuidance de ne pas vouloir voter pour lui n’en ont pas eu la possibilité. Sauf à faire preuve d’une sorte de courage qui frôle le masochisme, l’organisation du scrutin les a obligés à choisir au vu et au su de la section PS : pas de bulletins blancs, pas d’isoloir, pas d’enveloppe de vote. Et du coup, comme en des temps qu’on croyait révolu, M.Izard a été désigné candidat à 100% des votants! Pour la constitution de liste, ils ont fait preuve du même attachement à consulter leur base… Le jour de la présentation officielle à la presse, les adhérents PS et PC rilhacois ignoraient qui étaient les candidats et dans quel ordre. Pire encore, à un militant qui s’inquiétait de ne pas avoir connaissance du programme électoral de la liste « Rilhac réussir ensemble », on répondit : « Tu l’auras dans ta boîte aux lettres comme les autres électeurs. » Puisqu’on vous dit : « ensemble ». 

Peut-être s’agit-il là de règles de fonctionnement internes qui sont normales et dont la logique démocratique m’échappe. Et en effet, à la lecture du programme distribué dans nos foyers, j’ai pu lire : « Chaque projet sera conçu et réalisé en étroite collaboration avec les futurs usagers, (…), afin qu’ils soient(sic) réellement adaptés aux besoins. » Je devrais être rassuré. Cependant, le doute subsiste en moi. Alors que des détails sont donnés pour l’ensemble des projets en pages 2 à 5 de leur  programme, cette citation a été prélevée en fin de tract, page 6, et ne fait l’objet d’aucun développement au sein du document en question. Il n’y a aucune précision quant à la forme ou aux moyens, quant à la place de chacun dans cette organisation. Cet élément est pour moi de nature à semer le trouble.

Vous me direz, la critique est facile. Est-ce que vous feriez mieux, vous ? Je ne dirais pas mieux, car cela induit un jugement de valeur qui ne serait pas objectif. Je me contenterai de dire : autrement. Nous inviterons les Rilhacois à se constituer en comités de quartier, par hameau, lotissement, etc… Nous inviterons des représentants de ces comités aux commissions municipales, ainsi que des représentants d’usagers, de professionnels, d’associations,… Nous consulterons les habitants en amont des projets, pour la constitution du cahier des charges. Nous les consulterons de nouveau avant d’adopter le projet définitif. Nous créerons un conseil municipal des enfants, un conseil municipal des jeunes.

Il ne s’agit pas là de grandes déclarations d’intention. Nous avons constitué notre liste et élaboré notre programme de cette manière. La démocratie n’est pas seulement une grande idée qui nous habite, c’est surtout un principe incontournable que nous entendons mettre en oeuvre.



LA COMMISSION DE PROPAGANDE EST PASSEE.

Dernière étape administrative de ce scrutin, le passage de la commission de propagande a eu lieu cet après-midi. Je dois avouer encore une fois que j’étais un peu inquiet. En effet, ayant rédigé et mis en page nous même nos professions de foi et nos bulletins de vote, nous ne pouvions que nous demander si nous avions su faire.

Évidemment, la réponse est oui. Ces documents ont été déclaré conformes et dûment enregistrés par ce groupe de travail composé d’un magistrat, d’un représentant de la préfecture, un pour la poste et un pour le trésor public.

Par contre, quelle ne fût pas ma surprise quand la magistrate constata un défaut sur le bulletin de vote de la liste concurrente : le prénom d’un des candidats n’était pas conforme à son état-civil. Branle-bas de combat, discussion, palabre, la commission envisageait de retourner à m.Izard sa copie. Les 7400 bulletins de vote devaient être réimprimés.

Mon sang d’écologiste ne fit qu’un tour : j’exposais à mme la juge, présidente de la-dite commission mon opinion. Il me semblait en effet un peu excessif de mettre au pilon autant de papier pour une petite erreur, défaut qui plus est peu susceptible de semer le trouble ou la confusion dans l’esprit des électeurs.

La commission se réunît donc à huis clos pour en délibérer. Finalement, m. Izard fût dispenser de procéder à un nouveau tirage des bulletins erronés et mention de ma position fût portée au procès-verbal.

Que croyez vous qu’il se passa ?… Rien !

J’attends encore les remerciements de mon concurrent. Si j’avais pu imaginer tant d’ingratitude. Il me semble vraiment que m.Izard et moi-même n’évoluons pas dans le même monde. Je n’ose imaginer son attitude si la situation inverse s’était produite.



Parlons un peu de grossereix …

Si il y a bien un dossier sur lequel le conseil municipal sortant marche sur des oeufs, c’est celui-là.

Dans le programme qui vous a été diffusé, il est écrit : « à propos du projet d’échangeur de Grossereix, je m’engage solennellement à entreprendre toutes les actions possibles, comme je le fais depuis 2005, jusqu’à ce qu’une solution favorable soit trouvée pour notre commune. »

Alors pour faire court et pour parler simplement, il conviendrait que m. IZARD réponde clairement aux quatre questions suivantes qui sont des questions polémiques, certes, mais aussi des questions objectives, des questions de bon sens :

1°) Depuis 2005, qui a t’il rencontré à propos de ce dossier ?

2°) Quand ?

3°) Dans quelles conditions ?

4°) Qu’en est il ressorti ?

Tout le reste n’est à mes yeux que gesticulations et fanfaronnades.



LE PROGRAMME DE LA LISTE CONCURRENTE

Le programme tant attendu est enfin là. Et devant mes yeux ébahis, je retrouve … le nôtre. Tout y est. Je regard bien , je dépouille, j’analyse, j’épluche, je relis et oui, tout : la haute qualité environnementale, la construction d’une salle de sport dans le périmètre des écoles Jean Jaurès et saint Exupéry, la bibliothèque multimédias, la maison des jeunes (ils viennent de découvrir qu’il y avait des jeunes à Rilhac-Rancon et horreur, ils votent !), l’aménagement du centre ville, les chemins de randonnée et les pistes cyclables, le développement du commerce de proximité. Ah non, il manque une chose essentielle et il y a également quelques « énormités » et aussi des contre-vérités.
Je commencerai donc par les contre-vérités et les énormités (dans un même sac) :
pour les groupes scolaires, « fournir aux enseignants les outils nécessaires à la réussite des enfants ». Encore heureux, c’est une des missions d’un maire. Idem pour la mise en oeuvre du PLU (plan local d’urbanisme) : il ne manquerait plus qu’il ne l’applique pas, c’est lui qui a la cahrge de la faire voter ! Pourquoi ne pas s’engager aussi à présider le conseil municipal si il est désigné comme maire, tant qu’il y est ? La construction des locaux pour la Farandole est imminente : c’était pourtant un projet compris dans le programme de 2001-2007 que je croyais « entièrement réalisé et même dépassé dans bien des domaines ». Eh bien, pas celui-là, visiblement. Tout comme la couverture de deux courts de tennis qui est promise au tennis club depuis…2001 et qui refait soudain surface à l’approche des élections. Classique. La réalisation d’une maison de retraite, c’est bien, certes, mais ce n’est après tout qu’un projet du conseil général. Quelle légitimité a donc m. Izard à s’en prévaloir ? Pourquoi ne pas revendiquer dans ces conditions le passage aux 35 heures, les congés payés et la retraite à 60 ans (ah non, pas celle-là, elle n’existe plus ). « …limiter la consommation(…) d’énergie dans les illuminations. » sans doute parle t’il des éclairages de Noël qui font la fierté des Rilhacois, enfin pas de tous. Et si on parlait de l’éclairage public, allumé du coucher au lever du soleil ? Pour qui ? Pour les gens qui sortent des nombreuses animations nocturnes offertes sur place à la population en liesse, sept jours sur sept et douze mois par an ? Quant aux projets qui sont du ressort de la Communauté d’Agglomération Limoges Métropole, il serait plus juste de les signaler comme tels parce que les projeter , ce n’est pas forcément les réaliser : il en va ainsi des transports publics, de l’assainissement, de l’effacement des réseaux, de la voirie qui vient d’être déléguée INTEGRALEMENT à la CALM, finalement ça en fait des choses approximatives pour quelqu’un si prompt à dénoncer notre »ignorance » , notre »incompétence » et notre mauvaise foi.

Je garde le meilleur pour la fin : je disais en haut de texte qu’ils nous avaient tout dépouillé. Mais non, lorsqu’ils ont « copié-collé » notre programme, une erreur de manipulation a probablement fait manquer l’essentiel : la place des Rilhacois dans ces projets. Il est bien dit çà et là « nous voulons la construire (notre commune) AVEC VOUS » , en gros et en gras, comme pour s’en convaincre. Il y a bien un chapitre communication où on dit vouloir « privilégier les rencontres et la parole, dans les manifestations publiques, au sein des associations ou dans la rue, tout simplement « . Il est écrit également que « chaque projet sera conçu et réalisé en étroite collaboration avec les futurs usagers, enseignants, animateurs de l’accueil de loisirs et associations, notamment, afin qu’ils soient réellement adaptés au besoin » Et là je dis STOP! C’en est trop : il s’agit carrément de plagiat qui, de plus, sent totalement la manoeuvre politicienne et électoraliste, terme dont ils n’hésitent pas à nous affubler. Pourquoi n’ont ils pas mis en place cet ambitieux programme démocratique auparavant ? Ce n’est pas pour des raisons budgétaires, de tels choix de fonctionnement ne coûtent absolument rien. Je doute réellement de leur franchise quant à la mise en place de tels modes de gouvernance.

Pour conclure, car je crains d’avoir été un peu long, je dirai que ce pillage éhonté a au moins l’avantage de démontrer que nous allons dans la bonne direction : quand en politique, on vous pique vos idées, c’est qu’elles sont bonnes. Mais pour les appliquer, il faut  trois qualités essentielles : la conviction, l’ambition et le sens du partage.  J’ai peur que ces traits de caractère ne fassent cruellement défaut aux gens qui entendent diriger cette liste.



DEUX INFOS …

ET NON DES MOINDRES !

Tout d’abord, aujourd’hui notre blog a dépassé les 1500 visiteurs depuis sa création fin décembre. Ce n’est pas mal du tout pour une petite commune comme la nôtre. Et c’est très encourageant pour nous autant que pour la démocratie : un vrai débat s’est installé dans les murs de Rilhac-Rancon, débat qui se poursuit en toute transparence sur le présent support.

Ensuite, depuis ce matin, notre liste est déposée à la préfecture de la Haute-Vienne et dûment enregistrée. Parce qu’il s’agit pour nous d’une première élection, nous avions depuis le début une sorte d’angoisse, qui s’avère injustifiée aujourd’hui : allions nous réunir 27 noms, saurions nous avancer dans la jungle législative pour déposer une liste en bonne et due forme ? La réponse est oui ! Nous pouvons officiellement participer à la course, et toujours avec le même enthousiasme.

BANZAÏ !

Ci dessous vous trouverez le mini cv des 27 co-listiers.

 

Voyez pour qui vous vous appretez à voter !

 

CV Didier TESCHERcorinnefuseau1.jpgarnaudbouhier.jpg

doussonflorence.jpgfredericvalbin.jpgjoellepascal.jpg

pascala.jpgjocelynebretheau1.jpggeorgesbregere1.jpg

brigittecoussit2.jpgphilippelaurent.jpgsophiebellanger.jpg

ericturban1.jpgmireillemartel.jpgdidiercanac.jpg

bernadettbaudu.jpgchristianlamouric.jpglatitiacoudert.jpg

micheleric.jpgisabellevalbin1.jpgvernatphilippe.jpg

debiaissylvie.jpglaplauddaniel.jpgjanineberger.jpg

richardchancelle.jpgcorinnebescos.jpglefortphilippe.jpg



Le chiffre du jour

Question : Selon vous, sur quels enjeux votre maire devrait-il mettre l’accent au lendemain des élections ?

- Le niveau des impôts locaux 37% 1
- La défense du commerce de proximité 31% 2

 

 

 Source: tns sofres



QUELQUES INTERROGATIONS.

Alors qu’il ne reste que quelques semaines jusqu’au scrutin, les choses sont maintenant en place. Sauf énorme surprise de dernière minute (avant jeudi 21 février 18 heures pour être précis), il n’y aura que deux listes en compétition.

L’une d’entre elles est composée de gens de gauche et du centre dont deux sont encartés, l’un au Modem, l’autre chez les Verts. Cette liste ne bénéficie pas de l’investiture d’un parti politique par choix des candidats qui la compose. L’autre liste ne semble pas bénéficier non plus du soutien actif de la part d’une ou plusieurs formations politiques. Plus étrange même : bien que certains de ces membres soient de notoriété publique militants politiques, leur appartenance au PS ou au PC ne figure nulle part. Curieuse méthode ne trouvez-vous pas ?

Nous nous perdons en conjectures. Est-ce par mimétisme ? Est-ce une situation imposée par leurs partis respectifs ? Pour quelle raison ? S’agit il plutôt d’un choix délibéré ?  Dans quel but ? Par électoralisme ? Pour ne pas effrayer d’éventuels électeurs de droite dont ils auraient besoin du bulletin ? Pour ne pas avoir à décrocher la banderole au nom du PS qui traîne à la sortie de notre commune depuis des mois ?

Nous sommes pressés d’assister à une réunion publique pour pouvoir leur poser directement la question.



LE TON SE DURCIT.

Nouvelle séance de tractage de la part de la liste « Rilhac, réussir ensemble ! ».

La distribution qui a lieu sur notre commune actuellement appelle de ma part quelques observations, sur la forme comme sur le fond.

Sur la forme tout d’abord :  J’ai été destinataire de trois feuillets, dont deux n’étaient imprimés qu’au recto. Quel gaspillage ! L’une de ces deux pages étaient même éditée sur papier glacé. Et l’on vient nous y parler de développement durable et de préservation de l’environnement. Mais quand m. SAUVIAT va t’il réellement comprendre ce qu’est la protection de la planète? Il est pourtant l’adjoint en charge (notamment) de l’environnement.

Sur la forme pour continuer : l’un des trois papiers (« soyons clairs… ») semble avoir été rédigé à la hâte en réponse à nos propositions et à certaines de nos critiques. A tel point que certaines affirmations que nous avons formulées en réunion ou  sur nos tracts (point n°2 du-dit tract)  sont reprises telles quelles et à leur propre compte. Pis, elles sont utilisées comme arguments pour répondre à des conclusions erronées que nous aurions formulées. Pour rester poli, je parlerais de désinformation.

Sur la forme toujours. M. IZARD a été contacté à plusieurs reprises pour participer à un festival réunissant des communes au nom… disons difficile à porter. Il a décliné à chaque fois l’invitation faite à Rilhac-Rancon d’y rire ou sourire sur ce qui n’est après tout qu’un clin d’oeil de l’histoire à notre ville. Il semblerait qu’il ait si honte du nom de notre commune qu’il n’ose même pas l’utiliser dans son slogan de campagne, par ailleurs nom de sa liste. Pire, il récidive à plusieurs reprises sur les différents tracts diffusés. Je ne suis peut-être pas Rilhacois depuis très longtemps, mais je suis fier du nom de ma commune. 

Sur le fond maintenant. Je retiendrai en vrac des termes pour nous qualifier que nous n’osons pas utiliser ni même penser par respect pour nos concurrents. Je cite : « une profonde ignorance », « électoralistes », « voir où est la franchise ». Dites-donc, m. IZARD a décidé que cette joute électorale allait voler haut ! Peut-être l’échec de sa campagne d’intimidation explique t’il ce ton. En effet, certains d’entre nous ont reçu des coups de fil menaçants de m. le maire de Rilhac-Rancon, appels téléphoniques où le manque de courage et le mélange de genres se cotoyaient allègrement. Nous n’avons pas été intimidés et continuons malgé cela à faire une campagne électorale digne et respectueuse de nos concurrents.

Je terminerai sur l’accusation principale qui nous est portée : l’incompétence, le manque d’expérience en matière de gestion financière. Admettons, je dis bien, admettons que cela soit vrai. Nous sommes 27 candidats adultes, professionnels sérieux et reconnus. Tout porte à croire que nous sommes capables comme m.IZARD et ses adjoints d’apprendre à exercer une fonction dans laquelle ils ont débuté jadis, ce avec l’aide du personnel de la mairie et des administrations partenaires (cour régionale des comptes, trésor public,…).

Par contre après ses deux mandats comme maire et un comme adjoint, après avoir lu une partie des délibérations du conseil municipal de Rilhac-Rancon (notamment au lendemain de sa réelection en 2001), après avoir entendu quelques uns de ses anciens adjoints, j’ai les plus grands doutes sur la capacité de m. IZARD et de son premier adjoint, m.SAUVIAT, à s’améliorer dans les domaines où nous sommes le plus critiques à leur égard : l’ambition, le dynamisme, le sens du dialogue et surtout le sens de la démocratie. Parce qu’être démocrate, ça ne se déclare pas, ça se pratique !



UN AVENIR POUR RILHAC-RANCON : le casting

A partir de demain est ouvert le délai de dépôt des listes pour les élections municipales. Voici donc en exclusivité notre liste complète :

1- Didier TESCHER, 44 ans, père au foyer, gérant de gîte rural, ancien inspecteur URSSAF, militant Vert;

2- Corinne FUSEAU, 41 ans, enseignante;

3- Arnaud BOUHIER, 33 ans, responsable de séjours pour handicapés;

4- Florence DOUSSON, 35 ans, enseignante;

5- Frédéric VALBIN, 39 ans, ouvrier du bâtiment;

6- Joëlle PASCAL, 44 ans ans, documentaliste, intermittente du spectacle;

7- Pascal APPANAH, 27 ans, chargé de clientèle dans une banque, militant MODEM;

8- Jocelyne BRETHEAU, 51 ans, auxiliaire puéricultrice;

9- Georges BREGERE, 45 ans, chef d’entreprise ;

10- Brigitte COUSSIT, 39 ans, chef d’entreprise;

11- Philippe LAURENT, 38 ans, technicien audiovisuel;

12- Sophie BELLANGER, 40 ans, assistante dentaire;

13- Eric TURBAN, 41 ans, technicien biomédical;

14- Mireille MARTEL, 38 ans, enseignante;

15- Didier CANAC, 51 ans, technicien DDE;

16- Bernadette BAUDU, 45 ans, enseignante;

17- Christian LAMOURIC, 57 ans, retraité;

18- Laetitia COUDERT, 33 ans, technicienne en bâtiment;

19- Eric MICHEL, 41 ans, ouvrier maintenance CHU;

20- Isabelle VALBIN, 45 ans, assistante socio-éducatif;

21- Philippe VERNAT, 56 ans, enseignant;

22- Sylvie DEBIAIS, 41 ans, directrice d’établissement postal;

23- Daniel LAPLAUD, 59 ans, retraité;

24- Janine BERGER, 59 ans, vendeuse en boulangerie;

25- Richard CHANCELLE, 40 ans, ouvrier en mécanique;

26- Corinne  BESCOS, 41 ans, factrice; 

27- Philippe LEFORT, 39 ans, formateur chez Legrand.

 



LA DERNIERE LIGNE DROITE

A quatre semaines du scrutin, que l’on regarde dans le rétroviseur ou devant nous, l’enthousiasme reste intact.

  • Dans le rétro, tout d’abord : que de chemin parcouru depuis le mois de septembre, depuis ce jour où, à cinq personnes, nous nous sommes réunis pour dire : on y va ! On a élaboré un programme, rencontré les Rilhacois, rassemblé une liste. On a passé des heures devant l’écran de nos ordinateurs, à lire et à rédiger des messages. On a passé des heures au téléphone à organiser des réunions, à prendre des rendez-vous, à régler des détails administratifs. On a passé des heures en réunion, entre nous tout d’abord, puis avec les Rilhacois ensuite. On a franchi le cap des fêtes de fin d’année, soufflé un peu et on est reparti. Ces mois de janvier et février nous ont vus finir de rassembler les 27 noms, de rédiger notre programme, d’affiner notre plan de campagne. Les médias ont commencé à s’intéresser à nous, les Rilhacois n’ont pas démenti leur attrait pour notre démarche. Réunion publique après réunion publique, inlassablement, on expose, on argumente, on explique. On essaie de rester lucide, de ne pas s’emballer. Pourtant, on sent un frémissement, on sent qu’il se passe quelque chose dans notre commune.
  • A quatre semaines des élections municipales, il faut garder intacte notre énergie. Les vacances scolaires arrivant dans quelques jours vont nous permettre de souffler de nouveau, mais pas trop. La semaine prochaine, une réunion publique, une rencontre avec quelques associations, vendredi prochain, le dépôt de la liste officielle à la préfecture, l’enregistrement des bulletins de vote et de notre profession de foi. Et encore des tracts dans les boîtes aux lettres ou dans la rue, encore une réunion publique, et, et, et… Le 9 mars sera là. Comme tous les candidats de la liste « un avenir pour Rilhac-Rancon », je suis impatient d’en arriver à ce jour, comme impatient d’un rendez-vous amoureux,  comme un premier rendez-vous. Plus que quatre semaines et nous saurons si notre travail a payé, nous saurons si les Rilhacois nous ont entendus, si ils nous font confiance.


12

Michel TAMISIER - SAINT-YRI... |
ENSEMBLE POUR SAINT-BONNET-... |
courrierapolitique |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | fndouai2008
| christinescellemaury
| Construire avec vous le du ...